Le petit monde de l'imaginaire et de la fantasy

Pourquoi je me retire de Skyrock

Awnes

Bonjour, bonsoir et bienvenue à tous sur mon blog!

Cela fait maintenant trois mois que je l'ai créé et je n'y ai toujours rien mis. Peut-être par flemme ou autre (hehe, c'est mon petit défaut à moi) mais j'ai décidé de me lancer dans la grande aventure qu'est créer un blog.

Vous me connaissez déjà avec ma page Facebook :( https://www.facebook.com/LesHistoireSelonMoi)  

ou avec mon blog Skyrock ( http://momo-chan99.skyrock.com ). 

 

 

J'ai décidé de changer car je ne vais pratiquement plus sur Skyrock (je trouve que l'ambiance est trop site de rencontre" pour moi et mes histoire, ça ne marche pas trop) et pour Facebook, j'y reste à peine quelques minutes par jours alors du coup je ne pense pas forcement à publier un chapitre. Je garderai sûrement les deux pages (pour pulier des chapitres bonus ou des petits délires qui ne rentreront pas sur ce blog car classés dans la cathégorie "hors sujet") mais je serai plus active sur Facebook, enfin... normalement. 

 

Posté par fiction marvel à 22:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


14 octobre 2015

Mise à jour: Break de la Fiction sur les Avengers+ infos importante!

Brebrebrebrebrbeak tim

Bien le bonjour chers visiteurs! Ce petit bulletin vient couper le long moment d'absence pour vous informer de quelques petits détails. 

Premièrement, je voulais m'excuser pour le long moment d'absence, il a commencé avant les vancances d'été (je pense que vous vous doutez pourquoi je n'étais pas très active pendant cette période là) et il y a eu ensuite la rentrée des classes, étant en 1ere L j'ai été submergée par une masse incroyable de travail et je me suis légérement laissé surprendre et je me suis laissé également allé, il a fallu ensuite que je rattrape mon retard, alors je n'ai pas put me conssacrer à tout ce qui était loisir et écriture. Ne vous en faite pas, les chapitres sur la fiction des avengers sont tous terminés, il ne me reste plus qu'à les corriger. 

Qui dit vacance dit bien-sûr heures massives d'ennuie sur le net, et qui dit ennuie sur internet dit recherche de nouveaux dommaine dans le divertissement. Et c'est ainsi que j'ai découvert une magnifique web série francophone (cocorico), je veut bien-sûr parler d'Aventures (oui oui, je considère ça comme une web série!), l'inspiration m'a prise de court en en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, j'ai commencer à écrire, je me retrouve aujourd'hui avec une fiction comptant cinq chapitres (hors prologue et épilogue) et n'attendant que d'être publiée. Me reconaissant plus dans cette histoire que dans celle sur les avengers (la proximité temporelle oblige) je préfère faire un "break" dans la fiction sur les avengers et reprendre une fois que j'aurais finit celle sur Aventures. 

Il faut savoir quelques petits détail à propos de cette histoire: comme elle a été inspirée d'un jeu de rôle, je me suis dis: "Pourquoi ne pas faire quelques choix au jets de dés?" et donc, c'est ce que j'ai fait, c'est pour cette raison que certaine parties peuvent parraîtrent incohérentes par rapport au reste de l'histoire. 

Je vous donne juste une dernière information: la fréquence de publication qui sera de un chapitre tout les jours! donc dans une semaine, normalement, l'histoire sera terminée et nous reprendrons notre fréquence habituelle de publication, c'est-à-dire un chapitre tout les dimanches dans l'après midi!

 

Je ne vous en dit pas plus, et vous laisse aprécier votre soirée et le prologue qui sortira après correction! 

Prologue

Viktor Oppenheimer

Prologue

 

 

La montagne s'effondra, laissant les trois amis et l'animal seuls. Un bouclier, ainsi que quelques morceaux d'armure dorés gisaient à terre, abbandonés. Le nain essuya sa joue pleine de sang, le demi démon secoua la tête pour pour reprendre ses esprits et le semi élémentaire jeta un œil méfiant sur la louve blessée, puis, il crut entendre des pas derrière lui, alors il se retourna en direction de la montagne, espérant voir leur ami marcher, peutêtre boiter, en leur direction. Mais cet espoir fut vain, il ne perçu aucun signe de vie.

Il baissa la tête, ferma les yeux et laissa s'échapper une larme. Il commença à avancer, le nain lui attrapa le bras en disant:

-Shin, on attend Théo!

Shinddah se retourna et expliqua d'un voix tremblante au nain:

-Il est trop tard Grun... Il est trop tard.

Le nain se retourna et couru en direction de la montagne. Il tenta de déblayer la porte par laquelle ils étaient sortis. La louve boita jusqu'à lui en couinant, comme pour appuyer les paroles du semi élémentaire. Elle avait les oreilles baissées et se blottit contre son maître.

Il ralentit sa vitesse tout en pleurant et en appelant:

-Théo, je sais que tu est là, répond moi! Ce n'est pas drôle enfin!

Shin s'approcha de Grunlek, lui mit une main qui se voulait consolatrice sur son épaule. Le nain laissa ses bras pendre en continuant de pleurer.

Ils entendirent tout deux un bruit sourd derrière eux. Ils se retournèrent et virent le pyromage agenouillé. Il était secoué de violents sanglots et il murmurait:

-C'est impossible.... il est encore vivant!

Grunlek se releva puis sécha ses larmes. Par reflexe, il s'essuya les deux yeux. Ils rejoignirent le mage. Grunlek, qui n'éspérait plus revoir son amis lui dit:

-Bob... on ne peut plus rien faire, Théo a été enseveli, il est...

Il fut coupé par le demi démon:

-Non! Il n'est pas mort! C'est impossible!

Shin insista:

-Sa survie rélèverait du miracle... il n'est plus vivant.

Il posa la même main consolatrice que sur l'épaule du nain, mais le mage la repoussa d'un revers de la sienne. Il se releva et dit:

-Il faut rassembler ses affaires en un seul endroit.

Il partit chercher le bouclier, les deux autres ramassèrent les autres parties de l'armure. Ils empilèrent les biens du paladin et établire ensuite leur campement.

Shin soigna l'oeil du nain, Bob cautérisa la plaie de la louve, ils reprirent des forces et tentèrent de se calmer.

Ils s'endormirent tôt. Le matin, la lumière du soleil levant les réveilla. Ils refirent leurs paquetages, prenant avec eux un objet du paladin pour qu'il continue à être symboliquement avec eux. Ils se recueillirent une dernière fois sur le sépulcre improvisé de leur ami. Grunlek commença à partir, rapidement suivi de Shinddah. Bob resta quelques instants de plus pour dire adieu à son ami puis, il se tourna et rejoignit les autres.

Quelques heures plus tard, un bras sortit de la roche. L'armure qui habillait partiellement son avant bras luisait. Il s'extirpa peu à peu de la roche. Il repris son souffle après être totalement sortit. Il se leva, descendit le tas de pierres. Il se retrouva devant un tas d'affaire, les siennes. Il se rééquipa, chercha sa bourse et maudit ses amis pour la lui avoir prise.

Il chercha dans quelle direction étaient partis ses amis et conclut qu'ils se dirigeait vers le nord. Au bout de quelques jours, il tomba sur un campement. Il était parsemé de poils gris collé par du sang. Il continua, les campements s'espaçait de plus en plus. Il en conclut qu'ils allaient de mieux en mieux. Au bout d'un moment, il tomba sur une clairière où semblait s'être fait un sacrifice. C'était comme si l'on avait allumé des flammes en cercle et que l'on avait placé une personne dans ce cercle.

Il passa dans une forêt toute proche où il vit deux cadavres. L'un était assis et avait le cou qui faisait un angle étrange, et l'autre gisait dans une flaque de sang coagulé. Ils étaient tous deux dans un état de putréfaction avancé et leur odeur faillit soulever le cœur du paladin.

Il continua quelques jours dans la même direction. Il remarqua, sur le bord du chemin, un corde qui pendait, elle avait été vraisemblablement gelée et cassée. Il se dit alors qu'il était sur la bonne route.

Il arriva près d'une cité. Il y avait un attroupement autour d'un des nombreux batiment. Il demanda à un badeau:

-Que se passe t'il ici?

-Un nain, un mage, un archer et une hybride ont tués les ainés de notre chef, mais pourtant, quelqu'un les a relaché, s'exclama le paysan.

Le paladin lui demanda:

-Et par qui?

-Un certain Sire Enok, répondit docilement le paysan. Son interlocuteur réussit à appercevoir le semi élémentaire. Il l'appela:

-Shin!

L'archer se retourna et sembla chercher parmi la foule celui qui le hélait. Mais il fut poussé par un homme dans une cape bleue bordée de tissu doré. Il se tourna vers l'ancien inquisiteur tout en lui adressant un sourir malicieux. Le démon lança sa tête en direction d'un bâtiment ancien en pierre, il lui adressa un clin d'oeil qui sembalait être une invitation et disparu parmi la foule. L'homme en armure regarda le bâtiment plus en détail, il le connaissait depuis longtemps et bien qu'il n'y soit pas retourné depuis des années il le reconnu : l'inquisition de la lumière.

Il fut retardé quelques minutes par la foule, mais dès qu'elle fut dissipée, il se mit en route.

15 octobre 2015

Chapitre 1: Eden

 

Eden

Chapitre 1:

Eden

 

 

Les trois compagnons marchaient dans une forêt sombre. Après avoir rassemblé les morceaux d'armure de leur compagnon tombé avec la montagne, ils avaient repris la route qui les mènerait sûrement à l'intendant Bragg qui s'était enfuit avec les précieux codex.

Cela faisait maintenant des semaines qu'ils marchaient, glanant ça et là des informations précisant chaque jours leur destination. La louve s'était remise des blessures infligées par le traître, le demi diable sortait à peine des crises de folie causées par sa courte perte d'humanité, le semi élémentaire sentait sa nature mystique affaiblie par le puit sans fond dans lequel il était tombé et le nain, déstabilisé moralement depuis qu'il avait vu son acuité visuelle réduite à cause d'un malheureux accident, s'était finalement habitué et avait même recommencer à s'entraîner. Il était toujours accompagné et soutenu par sa protégée à fourrure grise.

Il faisait nuit, tout était calme, Grunlek préparait un cerf qu'il avait chassé, Eden essayait de lui grappiller quelques morceaux de la précieuse viande tandis que Bob revenait de cueillir des plantes pour des décoctions personnelles et que Shin méditait. Soudain il entendirent un bruit qui provenait des alentours. Eden était tendue, ses poils se hérissaient et elle grognait. Shin ouvrit les yeux, Bob et Grunlek posèrent ce qu'il avait dans leurs mains. Ils prirent leurs armes et se mirent en position défensive. Ils entendirent quelque chose grouiller autour d'eux, ils virent enfin surgir de l'ombre une trentaine d'araignées, elles étaient aussi longues que leurs avant-bras.

Shinddah sentit son cœur accélérer, mais il serra les dents et se rassura mentalement, il banda son arc, un filet d'eau sortit de sa main, et forma une flèche qui se cristallisa une fois complète, il ajusta sa visé. Bob prépara une incantation et Grunlek ordonna à la louve d'attaquer, il se prépara lui même à l'assaut et fut le premier a braver les arachnides. Il lança son poing au sol, tuant une araignée. Vint ensuite le tour du mage, son sort finit, il le lança, une immense gerbe de flamme naquit de la paume de sa main. Le lancer immola une dizaine de monstre. Shin décocha enfin sa flèche qui embrocha une créature qui allait lui sauter dessus. Elle se planta ensuite dans une seconde araignée, quelques mètres plus loin.

Eden bondit sur l'araignée que Shin venait de toucher en plein vol, mais quand le semi élémentaire vit arriver la louve il était trop tard, elle avait déjà refermé sa puissante mâchoire sur le bras de l'archer. Ce dernier hurla de douleur quand les crocs acérés de l'animal fendirent sa chaire. Les deux compagnons jetèrent un coup d'oeil derrière eux et virent la situation dans laquelle le semi élémentaire était, le mage esquissa un sourire tandis que le nain rappela la louve à l'ordre, elle lâcha le bras endommagé de l'archer qui fut soulagé.

Ils se préparèrent à attaquer de nouveau, Grunlek leva son poing d'acier en commençant à courir vers sa prochaine cible. Il planta sa main métallique vers le sol mais la créature esquiva le coup. Balthazar prépara un sort mais ne le lança pas. Shinddah matérialisa un nouveau projectile mais manqua son coup. La louve attaqua trois monstres et leur arracha la tête.

L'effectif des araignées était dorénavant réduit de moitié. Le pyromage cria à l'attention de ses camarades:

-Poussez vous je vais les finir!

Le semi élémentaire et le nain dégagèrent le champs de bataille. Bob se concentra de toute ses forces et lança toute l'énérgie qu'il avait accumulée. La boule de feu partit, elle alla, comme dotée d'une conscience propre, calciner les dernières araignées. Le combat ainsi finit ils reprirent leurs occupations, Grunlek jouait avec la louve, Shin pansa ses plaies et repris des forces en mangeant, Bob quant à lui, fabriquait un antidote avec le venin des créatures, par pure précaution. Ils reprirent ensuite la route. Le chemin était sombre, bordé d'arbres immenses et squelettiques. Ils se guidaient grâce la lumière des flammes du mage. Grunlek soupira:

-Si seulement Théo était encore là...

Le silence retomba ensuite. Ils avancèrent quelques heures, au bout d'un moment Bob n'eu plus de forces. Grunlek passa alors devant, suivi d'Eden. Cette dernière, après quelques minutes de marche, semblai affolée. Il s'arrêtèrent, Grunlek s'agenouilla pour être au niveau des yeux de la louve, il lui demanda tout en tentant de la rassurer:

-Qu'est-ce qu'il y a?

L'animal planta ses yeux ambrés dans ceux de nain, elle tourna ensuite la tête vers le sentiers d'où ils venaient. Elle renifla la seule chose qu'ils avaient récupéré de leur compagnon, sa bourse. Grunlek lui expliqua doucement:

-Il est parti. Il ne reviendra plus...

Elle s’agita de nouveau. Elle tourna en rond et parti à toute vitesse dans la direction où ils allaitent. Son maître se releva et cria:

-Eden, revient ici!

Elle ne l'écouta pas, elle continua, Shin ne put s'empécher de lâcher:

-Laisse partir ce sale chien!

Le nain lança un regard noir au semi élémentaire et se mit à poursuivre la louve. Il aperçut une clairière au loin. Il entendit ensuite une détonation suivi d'un hurlement provenant certainement de la louve, ce n'était ni un hurlement de douleur ni de souffrance, mais plutôt de surprise.

Quand il arriva dans la clairière une sorte d'éclair illumina le ciel, suiviune nouvelle fois d'une détonation. Grunlek dû fermer son œil à cause de l’intensité de l'illumination. Il entendit de nouveau un hurlement de la louve, qui se mua en quelque chose de presque humain. Il rouvrit son œil une fois la lumière passée, la clairière été parsemée de petits feux qui, semblables à des torches, ne se développaient pas. Le nain remarqua ensuite que les feux formaient un cercle. Au centre de celui-ci se trouvait une jeune femme, celle-ci était inconsciente.

Shin et Bob qui venaient d'arriver remarquèrent un détail de plus que le nain: malgré les flammes qui l'entouraient, la jeune fille grelottait. Bob s'approcha d'elle tout en enlevant sa cape, puis, au moment de la mettre sur le dos de l'inconsciente, il remarqua que les espaces où auraient du se trouver ses oreilles n'étaient que des étendues de chaire. Il vit ensuite deux masses plus denses dans ses cheveux gris clairs, il en conclut que c'était ses oreilles.

Les flammes s'éteignirent peu à peu. Grunlek avait perdu tout espoir de retrouver la louve. Bob, sentant la détresse de son ami lui dit:

-Grun... cette jeune fille, c'est Eden.

Le nain répliqua:

-Mais elle est habillée, pourtant les loups ne....

Le mage le coupa:

-Les loups ne portent pas de vêtements, mais les hybrides si. J'ai sentit qu'elle dégageait une aura mystique, il peut s'agir de la descendante d'un dieu, ou... d'un démon.

Ils réfléchirent à ce qu'ils feraient. Mais pour le moment ils établirent un campement près de la clairière. Ils se relayèrent toute la nuit au chevet de l'inconsciente.

Le matin alors que Shinddah veillait à moitié sur la jeune fille il entendit des bruits de pas aux alentours du campement. Il se leva, pris son arc et regarda autour de lui. Il vit une ombre passer entre les feuilles. Il jeta un dernier coup d'oeil à la jeune fille puis réveilla les autres. Ils se mirent dos à dos pour élargir leur champs de vision. Grunlek plissa les yeux, il perçut un mouvement, droit devant lui. Il en avertit les autres et courut en direction de leur ennemi. Il l’attrapa avec son bras mécanique et demanda au vagabond:

-Qu'est ce que tu fais ici?

Le jeune homme répondit:

-Je... je vous ai vu ici, endormit et je me suis dit que peut être...

-Que quoi?

Insista le nain.

-Que j'aurai put vous... vous défendre, en cas d'attaque.

Une voix inconnue retentit derrière Grunlek:

-Alors, petit frère, t'as le butin?! Dépêche toi!

Grunlek comprenant la ruse murmura au plus jeunes des voleur:

-Non, tu mens, tu es venu nous piller.

Il resserra son bras mécanique autour de la gorge du jeune vagabond et lui brisa la nuque.

Le complice du voleur arriva, il mesurait plus de deux mètres. Le nain comprit qu'il aurait besoin d'aide. Il n'eut pas le temps de crier, qu'il se faisait déjà projeter contre un arbre. Il sombra dans l'inconscience, mais avant de perdre tout sens, il perçut un mouvement blanc. Ce mouvement gris clair se précisa pour le géant, c'était une jeune fille dont la peau couleur caramel se détachait de ses longs cheveux et de ses vêtements gris clairs . Quelques détails accrochèrent le regard du colosse: les deux oreilles dressées sur la tête de la jeune femme et une queue panachée accrochée à la naissance de son dos qui changeait de côté alors qu'elle sautait. Il vit son regard ambré au dernier moment, elle avait la bouche ouverte et ses mains était tendues devant elle. Elle se rattrapa sur les épaules du géant tout en plantant ses dents dans son cou. Le colosse hurla de douleur, son cri fut étouffé par un gargouilli morbide, bientôt, il tomba à terre, se vidant de son sang. Les deux autres, affolés par les cris de douleur, arrivèrent. Ils remarquèrent à peine l'absence de la jeune femme dans sa couche. Ils n'eurent pas à aller bien loin car à peine deux mètres de débats dans les hautes herbes plus loin, ils virent Eden, portant le corps de Grunlek dans ses bras. Ils ne savaient pas si c'était à cause du combat qu'elle venait de mener où à cause de la fièvre, mais de la sueur perlait sur son front. Elle semblait faiblir et ses pas étaient chancelants. Bob le remarque en premier et, juste au moment ou elle tombait, il la rattrapa.

Quand elle rouvrit les yeux, Grunlek était en train de lui passer un chiffon humide sur le front. Elle entendit un peu plus loin:

-Sa fièvre est tombée, tu peut la laisser, Grun.

Le pyromage tentait de rassurer son ami qui semblait surpris que la jeune fille le regarde avec tant d'insistance. Il réussi tout de même à articuler :

-Elle... elle est réveillée.

Le demie démon tendit le cou pour regarder la scène et intervenir en cas d’imprévu. Shin dit nonchalamment :

-Moi je ne vient pas, elle va me sauter dessus !

À peine eut-elle entendu la voix du semi élémentaire qu'elle se tendit, essayant de se relever. Le nain la maîtrisa en lui tenant l'épaule. Elle se recoucha, malgré quelques incompréhensions, elle voulait simplement lui montrer qu'elle l'appréciait et qu'elle ne lui voulait aucun mal. Elle regarda le ciel, ça lui rappelait quand elle était encore avec son ancienne maîtresse. Bob pensa à voix haute:

-Je me demande si elle peut parler, étant donnée qu'elle a pris forme humaine.

Une boule se forma dans la gorge de la jeune fille, c'était comme un grognement, mais il semblait plus doux. Grunlek contredit le mage:

-Je ne pense pas, elle a gardé son instinct animal... elle a arraché la gorge d'un des bandits...

La boule se fit de plus en plus grosse et finit par sortir:

-Si...

Ils se tournèrent tous vers Eden.

-Je... je peut parler.

Elle fut tout aussi surprise qu'eux. Elle s'assi. Shin se leva de la branche sur laquelle il était assis. Il s'approcha de la jeune femme, la pris par les épaules, la secoua et lui demanda:

-Pourquoi est-ce que tu t'acharnes contre moi!

Elle haussa les épaules et dit avec un air gêné:

-Je.... je ne sais pas, peut-être un coup de malchance.

Bob railla son compagnon:

-Pourquoi tu ne vas pas demander ça à tout les puits dans lesquels tu es tombé?

Grunlek fit abstraction de la querelle naissante et questionna Eden:

-Pourquoi t'es tu transformée en humaine?

Elle regarda son corps, ses bras, ses main et finit par répondre:

-Je crois que.. l'on m'a donné une mission.

Le mage s'interompit et demandaà Eden:

-Quelle mission... et... qui te l'a donnée?

Elle secoua la tête en disant:

-Je ne sait pas qui m'a donné cette mission.

-En quoi consiste elle?

Insista le pyromage. Elle regarda dans le vague pendant quelques instants. Elle s’arrêta sur la bourse du paladin. Elle regarda ensuite chaque visage et finit par annoncer:

-Je dois aller à l'inquisition de la lumière pour ramener Théo DeSilverberg.

Ils furent tous surpris. Grunlek soupira et lui expliqua de nouveau:

-Il est mort... nous ne pouvons rien y faire.

Elle demanda:

-Pourquoi m'aurait-on donné la mission d'aller le chercher alors?

Personne ne put répondre à la question pourtant si pertinente de la jeune fille. Elle se leva et dit:

-Il faut partir tout de suite, le temps presse.

Il firent tous leur paquetages et partirent rapidement.

16 octobre 2015

Chapitre 2: Shinddah

Shinddah Kory

 

Chapitre 2:

Shinddah

 

 

Cela faisait des jours qu'ils marchaient. Leur nouvelle compagnie leur avait redonné espoir. Bob et Grunlek la questionnaient sur différents points concernant sa vie de louve. Elle, en retour, posait des questions sur différents points, sur des coutumes ou des détails qu'elle n'avait jamais vraiment saisi chez les humains.

Shindah qui était passé en éclaireur n'appréciait pas la jeune femme, ce n'était pas à cause des diverses morsures qu'elle lui avait infligées auparavant, mais, il se méfiait tout simplement d'elle. Il trouvait que son ignorance semblait fausse. Il pressentait qu'elle ne leur disait pas tout ce qu'elle savait. Il les ecoutait rire tout en levant les yeux au ciel. Il ne remarqua pas la corde qui était tendue par terre. Il se retrouva pendu par le pied droit à la branche d'un arbre. Son arc tomba et il leva, une nouvelle fois, les yeux en l'air en poussant un soupir. Il vit Bob arriver en dessous de lui et lui demander srastiquement:

-Besoin d'un coup de main peut-être?

Le semi élémentaire répondit franchement:

-Non! Vérifie plutôt si il n'y a personne aux alentours.

Le mage acquiesca et partit observer la parcelle de forêt qui bordait le piège. Grunlek qui avait entendu les directives de Shin partit dans la direction opposée au mage, avec Eden.

Shin commença a essayer d'atteindre la corde avec ses mains pour la geler, mais la première fois il eut un mauvais élan et ne parvint pas à rester suffisamment gainé pour lancer son sort. La seconde fois, à cause du manque de concentration il ne réussit pas à geler la corde. Il se laissa retomber et se calma durant quelques courtes minutes. Puis il réussit à atteindre la corde avec ses mains, il se concentra pour la troisième fois et put enfin geler la corde, celle-ci, fragilisée, céda sous le poids du semi élémentaire, il eu juste le temps d'attraper le morceau de corde intacte, puis il se lacha et retomba avec souplesse sur le sol. Il ramassa son arc puis il entendit derrière lui:

-Tiens, tiens, qu'est-ce que nous avons là? Un archer sans flèche? Original! Je parie qu'il ne tiendrait pas très longtemps, seul, ici, si par malheur des bandits l'attaquaient. N'est-ce pas messieurs?

Il entendit des rires. Il se tourna, vit un groupe d'une demi douzaine d'hommes s'attrouper autour de lui. La plupart portaient des vêtements troués, seul l'un d'entre eux, sûrement le chef, portait des vêtements richement décorés. Shin lui demanda:

-Croyez vous vraiment que je ne suis qu'un simple archer?

-Bien sûr! Seul les archers sont assez stupides pour se ballader seul sur mon territoire et tomber dans un piège aussi simple à éviter.

Répondit le jeune homme. L'archer plissa les yeux et sous son masque il sourit. Il banda son arc et répliqua:

-On va voir qui est le plus malin, celui qui se «ballade» ou celui qui pense être en face d'un simple archer.

Une flèche se créa entre les doigts de Shin. Une fois qu'elle fut cristallisée, il visa le bras du bandit et lui dit:

-Je te laisse jusqu'à trois pour déguerpir toi, et toute ta bande... un

Le jeune homme en face explica à ses camarades:

-C'est une fausse flèche...

L'archer continua:

-Deux...

L'autre en face rit:

-C'est une illusion, il essaye de nous impressioner.

Shin finit son décompte:

-Trois...

Et alors qu'il allait tirer sa flèche il vit une silouhette grise débarquer devant lui. La jeune femme se planta devant le chef et le menaça:

-Part tout suite d'ici ou sinon...

-Ou sinon quoi?

L'interrompit le voleur. Elle sourit pendant une fraction de seconde, Elle envoya le plat de sa main en direction du torse de son enemi et lui brisa le sternum. Il s'effondra à terre, mort, tandis que ses complices s'échapèrent.

Elle se retourna en direction de l'acher, un large sourire s'étendait sur ses lèvres, elle immisça une révérence tout en disant à Shin:

-Ne dites rien, tout le plaisir était pour moi.

Il s'approcha de la jeune fille et lui demanda, en colère:

-Pourquoi tu es intervenue? Je m'en sortait très bien.

Elle perdu son air rieur et dit:

-Pardon, je voulais juste aider.

L'archer fulmina:

-Tu sais combien d'énrgie ça me prend pour faire une flèche ? À cause de toi, si nous sommes réattaqués, je... je ne pourrai pas en faire autant que d'habitude.

Elle leva les yeux au ciel et dit:

-Il te suffira de te reposer!

Il se repris et et dit:

-Me reposer? Et si tout de suite, là, on était attaqués par des araignées ou d'autres sorte d'animaux, qu'est-ce que je ferais s'il me manque une flèche?

-Je viendrai t'aider!

Répondit simplement la jeune fille.

Shin fulmina:

-C'est vrai que, jusqu'à maintenant, ça c'est très bien passé quand tu es venue m'aider.

Au loin Grunlek cria:

-Ça va Shin? Depuis tout à l'heure je t'entend crier.

Il jeta un regard noir à la louve et répondit à son ami:

-Oui, tout va bien Grun!

Il dit ensuite à l'attention de la jeune fille:

- Je sais que tu caches quelque chose. Je decouvrirai ce que c'est.

Elle resta plantée là, pendant que Shin alla rejoindre Bob. Grunlek arriva quelques instants après. Il ne voyait que le dos de la jeune femme. Quand elle entendit des pas derrière elle, elle se retourna.

Quand il vit qu'elle pleurait il lui demanda:

-Qu'est-ce qu'il y a Eden?

Elle sourit et dit:

-Je... je suis heureuse.

Le nain lui rendit son sourire et articula:

-Si on allait rejoindre les autres?

Elle acquiesca ils arrivèrent au niveau de leurs compagnons. Shin remarqua les larmes que la jeune fille s'empressa d'essuyer. Ils reprirent la route, au bout d'un moment Eden passa devant avec Shin. Elle lui demanda:

-Pourquoi tu n'as pas confiance en moi?

Il lui répondit:

-Tu as l'air d'en savoir plus que ce que tu en dit sur tes «ordres», ta «mission» ou encore de ces prétendues «visions» que tu as. Pourquoi quelqu'un t'aurait envoyée pour sauver Théo maintenant? Pourquoi ne pas simplement l'attendre?

Elle sourit et déduit:

-Tu as peur, c'est normal.

Elle prit quelques secondes avant de continuer:

-Nous devons aller à l'inquisition car elle a été corrompue, le nouvel inquisiteur a été compromis. Théo doit le vaincre et par la même occasion, il doit reprendre sa place.

Shin s'arrêta quelques secondes et demanda:

-Comment sais tu tout cela? Ça fait à peine quelques jours que tu es humaine et nous n'avons pas croisé tant de monde que ça.

Elle rit:

-Disons que je suis la première concernée... étant donné qu'il s'agit de mon inquisition.

Le semi élémentaire s'arrêta avant de demander:

-Alors c'est toi le Dieu... enfin la Déesse d Théo?

Pour seule réponse elle lui adressa un sourire.

Il se retourna et commença à l'intention de se deux camarades:

-Grunlek, Bob, vous avez entendu? Eden c'est...

Quand il fut totalement retourné il vit que ses deux compagnons n'étaient plus là. Eden le regarda paniqué, il proposa:

-Retournons sur nos pas.

Elle secoua la tête en guise d'approbation. Ils partirent en rebroussant chemin. Sur le bord du sentier Shin trouva un des ustensiles de Grunlek, il l'appela:

-Grun? Tu es là?

Eden eu un mauvais pressentiment et demanda à Shin:

-S'il te plait, quoi qu'il arrive, ne révèle à personne ma vraie nature.

Il n'eu pas le temps de répondre qu'il sombrait dans l'inconscience.


17 octobre 2015

Chapitre 3: Grunlek

Grunlek Von-Krayn

Chapitre 3:

Grunlek

 

 

Le nain se réveilla. Il était allongé sur le sol. Il releva la tête et apperçu Bob de l'autre côté de la pièce. Il était assi et regardait dans le vague. Grunlek s'avança vers lui. Quand le demi démon perçut le mouvement de son camarade il leva les yeux et fouilla dans sa manche. Il en tira un morceau de pain rassis. Il annonça:

-Je t'en ai gardé un peu.

Il accepta la nourriture en silence, il commença à manger. Une fois qu'il eu finit il demanda au pyromage:

-Où est-ce que nous sommes?

Le demi démon répondit:

-Les «vagabonds» que vous avez tué avec Eden était en fait les deux ainés de cette cité. Leur petit frère était apparement avec eux et il nous as reconnu. Il a fait monter une armada pour nous capturer. Et d'après ce que j'ai compris, on va avoir le droit à une lapidation et une exécution publique.

Quand le mage finit de dire sa phrase le nain baissa les yeux. Il les releva après quelques secondes de réflexion et demanda:

-Et Eden?

Un sourire amer naquit sur les lèvres du démon. Il lui expliqua ensuite:

-Elle leur a donné du fil à retordre cette nuit, elle a failli tuer un garde et en a blessé deux autres. Shin est dans la même cellule qu'elle et... depuis deux jours ils ont l'air de s'entendre mieux, je dirais même qu'ils s'entendent très bien.

Un garde vint les chercher, il dit:

-C'est l'heure.

Bob regarda Grunlek et dit:

-Ça aura été un honneur et un plaisir de voyager avec toi.

En guise de réponse il hocha la tête. Shin et Eden étaient déjà enchaînés et suivaient le garde. Shin paraissait inquiet, Eden quand à elle, était sereine et sûre d'elle. Elle adressa même un sourire au nain.

Ils avancèrent le long d'un lugubre couloir, ils arrivèrent devant une porte. Derrière ils pouvaient entendre des cris de mécontentement. Grunlek regarda ses amis. Ils avaient passé de bons moments ensemble. Il baissa la tête regarda le sol en repensant aux souvenirs. Son œil s'embua tandis que la porte s'ouvrait. Il regarda de nouveau devant lui. Une larme coula sur sa joue. Il entendit Shin renifler. Le mage ferma les yeux et dit à l'attention de ses camarades:

-Merci... pour tout ces moments.

La seule qui paraissait insensible à toute ces émotions était Eden, elle semblait chercher quelqu'un dans la foule. Elle murmura pour elle même:

-Il est en retard.

Ils se firent pousser sur une estrade construite pour l'occasion. Quatres cordes pendaient mollement, il y en avait une plus longue que les autres, Grunlek sourit amèrement en voyant l'attention que le bourreau lui avait accordé. Il se mirent au centre de l'estrade, le bourreau lit leur accusations. Les bonnes gens qui étaient venues assister à la pendaison cmmencèrent alors à jeter des pierres et des fruits. Heureusement, la plupart des pierres passaient à côté des aventuriers. Eden s'en pris une petite au visage. La peau de sa lèvre inférieure éclata, une goutte de sang perla à la commissure de ses lèvres. Le bourreau fit signe au spectateur de cesser les jet divers. Il passa la corde autour du cou de Bob, puis de Shin, de Grunlek et enfin d'Eden. Il s'approcha de la poignée pour libérer les trappes. Eden regarda Grunlek et dit:

-Tout va bien se passer.

Elle regarda ensuite Shin et commença à articuler:

-Je t...

Le bourreau commença à tirer le levier. Bob dégluttit difficilement. Il pensa à son père et se demanda ce que penserait le démon, le voyant ainsi, sur le gibet. Shin ferma les yeux, se préparant à mourir de nouveau.

C'est alors qu'ils entendirent une voix puissante crier:

-Arrêtez tout!

Shin rouvrit les yeux, Bob fronça les sourcils, Eden regardait la foule, cherchant le propriétaire de la voix qui lui paraissait si familière. Grunlek aussi la reconnu, même si il ne l'avait entendu que très peu de fois, on ne pouvait pas en oublier le son. Bob se demandait si c'était une blague que d'entendre cette voix qu'il avait tout eu du mal à oublier. Un homme monta sur l'estrade, les badeaux s'étaient tus. Il avait de long cheveux noirs, légèrement ondulés. Il portait un manteau bleu sombre bordé de doré. Il souriait d'un air qui se voulait chaleureux, mais ceux qui le connaissait savait qu'au fond, il pensait à quelque chose d'absoluement sadique et mesquin. Il s'avançait au devant de l'estrade, le bourreau avait relaché le levier et se dirigeait maintenant vers le trouble fête. Celui-ci sortit un papier de sa manche et dit d'une voix haute et claire:

-J'ai ici un document apposé du sceau de votre cité qui déplore que ces gens n'ont abolument rien à voir avec le meutre commis sur la personne des deux héritiers. Maintenant si vous me le permettez, je vais les libérer.

Quelqu'un dans l'assistance explosa:

-Et qui êtes vous pour libérer ces pourritures!

Il fut appuyé par l'ensemble de l'assistance. Le démon sourit et dit simplement:

-Sir Enok.

Il claqua des doigts, les cordes autour des cous des aventuriers disparurent. Le démon dit aux badeaux:

-Retournez vaquer à vos occupation.

Il descendit de l'estrade. Le visage rappelait un vague souvenir à Eden, mais elle ne sut pas à quelle époque ni même en quels lieux elle avait vu ce visage, entendu cette voix et connu ce nom. Elle suivait les autres.

Bob, une fois en bas de l'estrade salua brèvement le nouvel arrivé:

-Papa.

Le démon répondit avec une pointe de fièreté dans la voix:

-Fils.

Il continua:

-Cela faisait longtemps.

Le mage hocha la tête en guise d'approbation. Il finit par lacher :

-Merci... Papa.

Le démon esquissa un sourire:

-Ce n'est rien.

Il salua par la suite Grunlek et Shin. Quand Eden déscendit les marches, elle sentit une vague de pouvoir envahir son espace, son regard et celui du démon se croisèrent. Celui-ci fut intéressé. Il lui prit la main, la baisa et demandaà Bob:

-Qui est cette magnifique créature? C'est la louve, n'est-ce pas?

Il marqua une pause en attendant le réponse de son fils. Il insista ensuite:

-Je t'en supplie, dit moi que c'est probablement ma future belle fille, tant de pouvoir dans un corps si charmant...

La jeune femme retira sa main de celle du démon pendant que Bob s'exclama lassé de refaire à chaque fois le même numéro:

-Papa...

La louve plissa les yeux et demanda au démon:

-Est-ce que... nous nous sommes déjà vus?

Le démon sourit et dit:

-Oui, il y a très longtemps... mais nous n'avons pas le temps de nous égarer dans des conversations qui ne mèneront à rien, vous devez vous rendre à l'inquisition.

Bob fut surpris de la réponse de sont père, mais il avait raison, ils n'avaient pas de temps de diverger sur des sujets peu importants. Ils commencèrent à se diriger vers le massif bâtiment en pierre, Shin cru entendre quelqu'un qui l'appelait. Il se retourna dans le but d'identifier la voix qui le hélait. Il fut poussé par le démon qui lui dit:

-Ne perdons pas de temps, ces gueux ne méritent pas ton attention.

Ils le perdirent de vue alors qu'ils rentrèrent dans l'immense bâtiment de pierre.

18 octobre 2015

Chapitre 4: Balthazar Octavius Barnabé

Balthazar Octavius Barnabé Lennon

Chapitre 4:

Balthazar Octavius Barnabe

 

 

Ils entrèrent dans la cathédrale. C'était un bâtiment qui paraissait grossier et brut vu de l'extérieur, mais l'intérieur était décoré de marbre, d'or d'argent et même, à quelques endroits, de platine. D'immenses statues d'ivoire placées de chaque côté des pièces du bâtiment représentaient les anciens inquisiteurs. En entrant dans le cœur de la cathèdrale, le mage ne put s'empécher de pousser une sifflement d'admiration. Ils avançaient de plus en plus profond. Les bruits de tissus causés par la robe d'Eden, de la cape de Bob et de la tunique de Shin résonnaient dans tout le bâtiment. Ils étaient seuls, enfin le croyaient-ils. Soudain Bob s'arrêta devant la dernière stattue, celle qui semblait la plus récente. Il passa ses doigts sur le nom graver dans la matière précieuse: «Théo DeSilverberg». Il longea la statue de regard. Eden vint à côté de lui et lui tira la manche. Ils rejoignirent le groupe ensemble.

Ils arrivèrent dans une pièce circulaire. Au plafond, traversée par de nombreux rayon de lumière, se trouvait une immense coupole de verre. Les décorations métaliques reflètaient chaques rayons lumineux, rendant la pièce presque irridescente. Sur les côtés, en dessous de quatre vitraux qui représantaient sûrement les quatre premiers inquisiteurs de la lumière, il y avait une sorte de balcon. La barrière en ebène contrastait avec l'intérieur lumineux de l'endroit.

Ils entendirent un toussotement derrière eux. Ils se retournèrent alors et virent un homme d'une quarantaine d'année, ses longs cheveux bruns étaient rassemblés derrière sa tête par une fine lamelle de tissu blanc. Il portait l'armure des inquisiteurs, ils en conclurent donc qu'il s'agissait du remplaçant de leur ami. Le paladin leur demanda:

-Qui êtes vous et pourquoi êtes vous ici?

Bob s'avança et dit:

-Bonjour cher ami. Désolé de vous importuner, mais nous sommes des voyageurs et nous sommes à la recherche d'un inquisiteur.

-Et qui est-ce?

Demanda l'épéïste d'un air perplexe. Bob n'eut pas le temps de prendre la parole que Grunlek annonça:

-Théo DeSilverberg.

Le paladin éclata de rire et dit:

-J'ai l'impression que vous n'êtes pas au courant, il est mort!

Shin réagi:

-Si justement, nous le savons, c'était notre ami.

-Alors pourquoi venez vous le quérir si vous savez qu'il n'est plus?, Demanda l'inquisiteur. Cette fois ci, ce fut Eden qui pris la parole :

-J'ai rêvé, il y a bien longtemps de cela. Et l'on m'a dit d'aller trouver ces aventuriers, qui, à l'époque, était toujours accompgnés de Théo. Je savais qu'il allait mourir. On m'a ensuite dit de venir quérir un certain Keeon DeLandgins.

L'inquisiteur fut surpris et balbutia:

-C'est... c'est moi même...

Il rajouta après quelques secondes de silence:

-Mais je viens à peine de rentrer dans les ordres de la lumière, comment... connaissez vous mon nom?

Bob dit pour lui même:

-Alors c'est vrai... il va être ressuscité.

Grunlek demanda:

-Si vous venez à peine de rentrer dans les ordres... comment se fait-il que vous soyez déjà inquisiteur?

Bob appuya:

-Oui, c'est comme si vous aviez payé des gens pour en arriver là...

Eden confirma:

-C'est parcequ'il l'a fait.

Le paladin prêta plus attention à la jeune fille. Il la regarda plus en détail et vit les deux oreilles de loup qu'elle avait du mal à garder rabbattues sur sa tête. Il fit un pas en arrièreet s'exclama:

-Comment! Pourquoi avez vous amené une telle créature ici! Vous êtes des hérétiques croyants à la résurrection! Vous buvez les paroles de cette... chose!

Grunlek s'interposa entre l'inquisiteur et la louve, prit ensuite la défense de cette dernière:

-Depuis le début elle ne s'est pas trompée sur ce qu'il s'est passé, alors pourquoi se tromperait-elle maintenant?

-Sale demi homme!, Éclata le nouvel inquisiteur.

-Théo DeSilverberg est mort, il ne reviendra plus!

Le pyro mage s'interposa entre les deux hommes et dit calmement:

-Allons messieurs, nous n'allons pas commencer à nous battre pour cela! Je suis sûr que nous pouvons nous arranger.

À peine eut-il finit sa phrase que l'inquisiteur le saisit par les épaules et le jeta à terre. La tête de Bob percuta une marche en marbre, il fut presque inconscient. Pendant cette semi conscience, il sentit sa part démoniaque prendre le contrôle. Il se releva et dit d'une voix qui dépassait son humanité:

-Vieu fou! Tu ne connais pas la puissance de mon pouvoir!

Quand l'inquisiteur se tourna ves le mage, il vit ses yeux rouges se fendrent d'une pupille étroite. Il hurla:

-Vous ramenez un démon ici, et c'est vous qui me traîntez de fou?

Balthazar corrigea:

-Demi-démon en fait... mais continue, mortel.

Il esquissa un sourire, tandis qu'Eden, qui était dorénavant la plus proche de l'inquisiteur attaqua. Elle fut balayée par un coup de bouclier et tomba inconsciente sur le sol. L'inquisiteur lacha:

-Ce n'est pas avec une adolescente que vous allez me vaincre!

Shin décocha une flèche qui se planta dans le bras du remplaçant de Théo. Il se retourna vers l'archer. Le nain profita du moment d'innatention pour essayer de taper le paladin dans la rotule. Il envoya sa main mécanique mais l'inquisiteur avança sa jambe au moment ou la main de métal allait le frapper. Le paladin prit ensuite le semi élémentaire par le col et lui demanda:

-Penses-tu toujours que les paroles de cette catin soient justes? Crois tu que votre ami, miraculeusement ressuscité, va venir vous sauver?

Shin jeta un coup d'oeil autour de lui. Eden était au sol, inconsciente, Grunlek avait la main dans le sol et semblait être visé par Bob qui avait perdu le contrôle. Il était déséspéré, mais au fond de lui, il savait que cela ne pouvait pas finir ainsi, il planta un regard noir dans celui de l'épeïste et répondit:

-Oui, j'y crois

Le visage du paladin se tordit d'un rictus sadique, il articula:

-Tu as tord... vous êtes tous mort.

Il le lança sur une statue, celle-ci se brisa sous la violence du choc. Shindah sentit sa clavicule et ses côtes droites se broyer sous l'impact. Il hurlait de douleur tandis qu'Eden se réveilla. Elle se releva et alla ensuite aider Grunlek à sortir son bras métallique du sol.

Le demi démon avait vu ce que le paladin avait fait à son ami, et bien que sa part démoniaque ait pris le contrôle, la part humaine pouvait encore influencer ses choix, il avait maintenant le nouveau paladin pour cible. Pour lancer son sort il dit dans une ancienne langue démoniaque:

-Par les pouvoirs qui m'ont été donnés, par les démons qui m'ont précédés, pas les abîmes les plus profondes de l'Au-dela... QUE L'ENFER SUR TERRE SE DÉCHAÎNE!

Une immense colonne de flamme s'éleva à l'endroit où était l'inquisiteur. Le démon riait tout en voyant les flammes brûler. Quand il fut à court de ressources magiques, il éteignit le feu. Il fut surpris de ne pas avoir entendu de cris de douleur et le fut encore plus quand il vit qu'il n'y avait même pas un tas de cendre à la place du paladin. Il entendit un rire sarcastique derrière lui, l'inquisiteur éructa:

-Ces démons! Ils ne réfléchissent jamais à deux fois avant d'agir. Et ils se croient invincibles, c'est pour cela qu'il se mettent toujours à découvert!

Une lumière illumina la pièce, suivie presque instantannément d'un bruit assourdissant, les vibrations causées par ce dernier firent voler en éclat la coupole en verre en dessous de laquelle Bob se trouvait. Il se protégea le visage contre les débris de verre qui tombaient. Il se retourna ensuite vers le paladin et lui demanda:

-C'est tout ce que tu as?

L'inquisiteur rit à son tour et dit:

-Tu n'avais qu'à demander!

Il commença à preparer un deuxième éclair, le pyromage, même s'il était sous sa forme démoniaque, savait qu'il ne pourrait sûrement pas y survivre. Tous autour de lui se figèrent d'effroi en comprenant l'inéluctable vérité: ils allaient perdre un deuxième compagnon. Quand le paladin leva sa lame au ciel, appelant ainsi l'éclair, le temps sembla se ralentir. La décharge d'énergie commençait à tomber alors qu'une silouhette s'éleva dans les airs. L'éclair continuait sa progression tandis que la silouhette en armure semblait s'élever de plus en plus, elle continuait sa progression dans les airs, le bouclier levé en l'air, alors que l'éclair était à mi parcours.

Le temps reprit ensuite son cours, il y eu un bruit immense, le nouvel arrivant avait absorbé la décharge déstinée au mage. Il retomba au sol, devant l'inquisiteur, il se releva, planta son regard dur dans celui tremblant de peur et fuyant de Keeon et lui demanda:

-Comment est-ce que tu veux mourir? 

19 octobre 2015

Chapitre 5: Théo

Théo DeSilverberg

Chapitre 5:

Theo

 

 

Le paladin se tenait devant son remplaçant, il lui reposa la question:

-Comment est-ce que tu veux mourir?!

Keeon balbutia, effrayé:

-P... pardon mais, pourquoi?

Théo lui expliqua:

-Tu penses pouvoir blesser mes amis et t'en sortir vivant?

Le nouveau paladin regarda ses enemis et dit:

-Je... je...

Théo le plaqua contre le mur et insista:

-Alors!? Répond!

Keeon reprit son assurance et vissa son regard dans celui de son prédécesseur. Il articula:

-Je ne me rendrai pas sans me battre!

Un sourire naquit sur les lèvres de l'ancien inquisiteur, il ironisa:

-C'est bien ce que je pensais.

Il le relacha, pris sa lame plaça son bouclier devant lui et dit au nouvel inquisiteur:

-Un duel juste toi et moi, rien de plus loyal. Si tu gagnes, tu gardes tes droits d'inquisiteurs, si tu perds, je les reprend!

Keeon demanda:

-Quelle est la condition de victoire?

Théo prononça simplement deux mots:

-La vie...

Bob, qui avait retrouvé le contrôle le stoppa et lui demanda:

-C'est pas un peu trop exagérer quand même?

Son ami le regarda, un large sourire sur le visage et le rassura:

-Je sais ce que je fais!

Il courut en direction de son ennemi, l'épée devant, malheureusement, son adversaire para le coup avec son bouclier, le bruit du choc se répercuta dans toute la pièce. Keeon entama ensuite une charge, Théo l'attendit de pied ferme. Avec son bouclier en devant. Il se prit un coup si puissant qu'il recula d'une dizaine de centimètre. Il envoya son épée et toucha au bras le nouveau paladin. Celui-ci grimaça et dit:

-Bien joué, mais il me reste encore quelques atouts.

Par un déploiement de force extraordinaire voir surhumaine, Keeon envoya son pied dans la machoîre de l'aventurier, celui-ci, surpris, lacha son bouclier et tomba à la renverse. Un filet de sang s'écappa de sa bouche quand il toucha le sol. Au dessus de la cathédrale, une masse de nuages noirs et menaçants grossissait de minutes en minutes. Le nouveau paladin envoya l'épée vers son prédécesseur, mais celui-ci la bloqua, certes avec peine, mais il la bloqua. Voyant son ami dans une telle situation, Grunlek fit un pas en avant pour aller l'aider. Eden le retint et murmura, comme perdue dans ses pensées:

-Pas maintenant.

Pendant ce temps, Théo se relevait. Il reprit son bouclier, attaqua e criant, sa lame chercha un point faible dans l'armure de son adversaire, mais elle glissa, l'élan de Théo l'empécha de s'arrêter. Il tomba vers l'épée de Keeon qui se rapprochait progressivement de son abdomen.

Grunlek et Bob écarquillèrent les yeux tandis que l'orage au-dessus de leur tête se faisait de plus en plus pressant. Théo ferma les yeux, sachant ce qui allait se passer. Eden resta stoïque devant le spectacle, connaissant son issue. Le héraut de la lumière sentit ses muscles et ses organes se déchirer sous le passage de la lame. Celle-ci s'enfonça jusqu'à la garde. Keeon lui même fut surpris de la facilité avec laquelle il avait battu le grand Théo DeSilverberg. Il retira la lame et laissa tomber le corps de l'ancien paladin sur le sol. Il fut surpris ensuite de la faiblesse de son corps, il n'arrivait même plus à soulever son épée, il la laissa donc tomber au sol.

Il commençait à pleuvoir dans la cathèdrale. Eden lança à ses compagnons:

-Poussez-vous du centre de la pièce!

Sa voix était plus grave qu'à l'accoutumée, elle dégageait plus d'autorité, plus d'assurance et de charisme. Sans même rechigner, ses camarades obéïrent. Elle leva le visage vers le ciel, un éclair tomba droit sur elle. Quand la lumière fut partie, des éléments avait ét rajoutés sur sa robe blanche. Un plastron doré s'était délicatement posé sur ses épaules, de la même manière qu'une surjupe en or sur sa taille. Elle tendit sa main droite devant elle, une épée se créa à partir de la lumière que semblait condenser la jeune femme. Un bouclier avec l'insigne de la lumière apparut sur son bras gauche. Tout le monde dans la pièce fut surpris. Il y avait d'ailleurs un nouvel arrivant, appuyé nonchalament contre l'encadrement de la porte. Son manteau bleu bordé de doré était trempé, de la même manière, ses cheveux noirs gouttaient sur le sol. Il regardait la scène avec une délectation non déguisée et un sourire en coin laissait apparaître une de ses canines pointues.

Eden s'éleva dans les airs et rejoignit les deux paladins. Elle posa un regard doux et protecteur sur celui étendu au sol. Tandis que celui qu'elle porta par la suite au second était froid et accusateur. Elle prononça ces quelques paroles d'une voix dure:

-Moi, Lumaria Eden, t'accuse, toi Keeon DeLandgins, d'abus de pouvoir, de diffamation et de corruption envers l'inquisition de la lumière. Pour cela, tu seras chatié...

L'homme en face de la déesse la coupa:

-Mais je... je n'ai rien...

Elle reprit la parole:

-Silence, laisse moi finir! Tu n'as pas seulement diffamé cette institution, tu as aussi blessé mes amis,tu les as fait souffrir, physiquement et psychiquement. Pour tout ces accusations, toi, Keeon DeLandgins, tu recevras le chatiment divin.

L'homme se mit à genoux, il commença à implorer:

-Ôh grande déesse! Ayez la bonté de me grâcier, je vous en supplie! Ayez pitié!

Un rictus se forma sur le visage de la divinité. Elle expliqua ensuite:

-Je n'ai qu'un règle à suivre, si je juge quelqu'un indigne, il ne peut pas être grâcié, autrement dit, je ne reviens jamais sur mes décisions.

À l'extérieur, le ciel grondait. Un éclair zébra le ciel, suivi d'un autre puis d'un troisième et ainsi de suite. Les décharges d'électricité formaient une boule d'énergie pure au dessus du bâtiment, alors que Keeon pleurait de plus en plus. L'amoncellement de lumière une fois terminé, la Divinité annonça au nouveau paladin:

-Prépare toi à mourir!

Un rayon d'énergie pure fondit sur l'inquisiteur. Quand il atteint sa cible, ils entendirent tous un hurlement horrible et long. Le sourire de l'homme qui était à la porte s'était confirmé. Quand le rayon s'arrêta, ils découvrirent avec horreur le cadavre calciné de Keeon DeLandgins, une odeur de chair brûlée flottait dans les airs. La déesse posa son regard sur l'homme au fond de la pièce et lui lança:

-Celui-ci est pour toi, comme convenu.

Ils se tournèrent tous vers l'homme qu'ils n'avaient jusque là pas remarqué. Tout en regardant la déesse de ses yeux rouges il dit:

-Excellent.

Elle pris le corps de Théo dans ses bras. Elle passa pas dessus la barrière en bois sombre et le posa au centre de la pièce. Le démon la rejoignit. Elle le salua simplement:

-Enoch...

Il lui rendit ses salutation d'un air rieur:

-Lumaria.

Elle commença à soigner le blessé quand Bob intervint:

-Papa, éloigne toi de lui!

Le concerné se retourna et dit:

-Ce n'est pas pour lui que je vient, fils. Je suis venu passer mes amitiés à une vieille conaissance.

En disant ces mots, il regarda Eden. Elle lui adressa un bref regard avant de lui demander:

-Qui t'as autorisé à rentrer ici?

Il répondit:

-Mais toi ma chère, quand tu étais sous ta forme humaine, tu m'as dit qu tu ferais n'importe quoi pour me remercier en retour de...

Elle planta ses yeux ambrés dans le regard rouge du démon et dit, un peu fort:

-Je n'ai jamais dit ça!

-Pas ta voix...

Corrigea le démon:

-Mais ton regard si...

Continua t'il. Elle apposa ses mains sur la blessure du paladin, faignant d'ignorer les propos du diable. Il rit et lui sussura à l'oreille:

-Là, ton regard me dit que tu as envie de te blottir dans les bras du semi-élémentaire... disons... pour toujours?

Elle s'arrêta de soigner le paladin, donna un giffle au démon tout en hurlant:

-Imbécile!

Elle se leva, et cria:

-Si c'était pour me dire cela, pourquoi es-tu venu?

Il se leva en frottant la joue et en disant:

-Je voulais te dire que je ne le prendrai pas maintenant... mais que notre bataille et proche, plus que jamais, et qu'il fallait t'y préparer. Ce ne sont pas quelques éclairs qui vont me faire peur!

Il tourna les talons en s'en alla, tous le suivirent du regard. Avant de passer la porte il lacha:

-Au plaisir de te revoir, fils...

Puis il rajouta:

-Tu salueras Vendis de ma part!

Bob marmonna quelques mots pour lui même. Le démon disparut. Eden avait maintenant finit de soigner Théo, elle demanda:

-Est-ce que quelqu'un d'autre est blessé?

Shin grogna une brève réponse, tentant de se relever. Eden accouru en lui ordonnant:

-Ne bouge pas, j'arrive!

Elle l'aida à enlever sa cape et sa tunique. C'était la première fois qu'elle voyait son visage, elle le regarda pendant quelques secondes avant de se reprendre. Elle posa ses mains sur le torse du semi-élémentaire, il grimaça de douleur, elle s'excusa continuant plus doucement. Elle se sentait rougir alors que les os craquaient en se remettant en place et en se ressoudant. Quand elle eu finit, elle se dirigea vers le centre de la pièce, là où Théo se levait. Quand il la vit, il lui demanda:

-Qui-êtes vous?

Elle répondit simplement et en souriant:

-Eden!

Bob souffla au paladin:

-Je crois que ton Dieu c'est elle!

Théo s'agenouilla maladroitement, encore étourdi par la perte de sang qu'il avait eu. Elle sourit de plus belle et dit:

-Théo DeSilverberg, tu peut te relever. Je ne te considère plus comme un fidèle depuis bien longtemps. Dorenavent, tu es et tu resteras mon ami.

Elle lui tendit sa main, il l'accepta. 

20 octobre 2015

Epilogue

Enoch

Epilogue 

 

 

Après que le paladin se soit relevé, Shinddah était revenu, Théo fut pris d'un doute et demanda à la déesse:

-Pourquoi, alors que vous êtes une déesse, vous nous avez rejoint, au lieu de reprendre forme humaine?

Elle baissa les yeux et expliqua:

-Hélas, je ne peut rester beaucoup de temps sous cette forme. Et il fallait que je garde ce précieux temps pour te sauver, Théo.

Il lui demanda de nouveau:

-Mais pourquoi moi? Enfin, il y a d'autre personnes qui aurait put être paladin, mis à part ce Kyoun ou quelque soit son nom, j'étais destiné à mourir et...

Elle le coupa:

-Comme tout les semi élémentaires en ce monde. Mais tu as une grande déstinée, je ne pouvais pas laisser un monde, ton monde, sombrer dans le chaos à cause d'une histoire de vie ou de mort.

Il y eu un silence. Elle leva les yeux vers le ciel qui s'était éclairci et elle annonça:

-Le temps presse... et je veut vous offrir des faveurs, en guise de reconaissance, pour m'avoir menée ici.

Ils la regardèrent tous d'un air grave. Elle s'avança vers Théo, lui tendison épée et dit:

- À toi, Théo DeSilverberg, mon hérault...Je t'offre mon épée de lumière. Puisse t'elle te guider dans les jours les plus sombres et ouvrir la voie à d'autres.

Elle se tourna vers Grunlek, lui passa la main sur son œil droit et annonça:

-À toi, Grunlek Von Krayn, héro nain... te redonne la totalité de ta vision ainsi que quelques gemmes de pouvoir pour ton bras. Puisse tu t'en servir à bon escient.

Elle se tourna vers Bob et s'excusa:

-Étant né demi démon, à toi Balthazar Octavius Barnabé Lennon... je ne peut que t'offrir ma bénédiction et mon plus profond respect.

Elle se tourna vers Shin, son cœur se serra à la vue de ses yeux bleus glace. Elle commença:

-À toi, Shinddah Kory, je te donne ces flèches de lumières en guise de...

Il la coupa:

-Rien ne pourrai me contenter, et je suis désolée de ne pouvoir accepter votre présent, j'en suis, malgré tout, profondément touché.

Il se retira et sortit du batîment, comme à leur arrivée, les immenses portes de bois brute grincèrent en s'ouvrant et en se refermant. Alors qu'elles se refermaient, il ne put retenir ses larmes plus longtemps, il avait bien compris qu'elle ne reviendrait sûrement plus jamais sous cette forme et se sentait désolé de ne pas avoir partagé les sentiments qu'il avait éprouvé pour elle dès qu'il l'avait vu pleurer. Il était dos au bâtiment à moitié détruit par les flammes et les décharges qu'il s'était pris. Il ne remarqua presque pas le bruit de la porte qui s'ouvrait, ce qu'il remarqua par contre, c'était les pas rapides d'une personne légère. Elle était pieds nus et semblait se raprocher. Il avait baissé le foulard qu'il portait habituellement sur sa bouche pour pouvoir sécher ses larmes corectement. Il se retourna et vit les yeux ambrés d'Eden remplis de larmes, il vit aussi qu'elle n'avait plus son armure. Elle lui sauta au cou et l'embrassa. Il fut tout d'abord surpris puis finit par lui rendre son baiser. Au bout de quelques secondes au goût de miel et de sel, la jeune fille se détacha des lèvres du semi élémentaire. Elle murmura ensuite faiblement:

-Je t'aime, merci pour tout et... pardon...

Il lui demanda:

-Pourquoi?

Elle ne répondit pas et s'effondra dans les bras de Shin. Il amortit la chute de la jeune femme et lui murmura à son tour, alors que ses larmes redoublaient:

-Je t'aime aussi...

Il sanglota encore longtemps et ne remarqua pas que le corps d'Eden se muait en celui d'une louve. Soudain, il sentit la queue de l'animal faire des vas et viens de gauche à droite. Il la lacha, elle fit un tour autour de lui et s'assit docilement à ses côté. Elle frotta sa tête contre le bras de l'archer, réclamant ainsi des caresses, il posa sa main gantée sur la tête de la louve et passa inlassablement ses doigts dans sa fourrure grise.

Puis, après quelques instants passés ainsi, il se releva, regarda Eden et dit:

-On y va.

Elle se mit sur ses quatre pattes et le suivi alors qu'il passait les immenses portes de bois qui grincèrent de nouveau. Une fois qu'ils furent dans la salle circulaire, Eden fit un tour de l'assemblée, récoltant des caresses à chaque nouvelle paire de main, elle se mit à côté de Grunlek, sa queue balayait le sol en marbre blanc plein de poussière. Grunlek osa enfin briser le silence:

-Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait?

Théo répondit d'une voix solennelle:

-On finit notre quête, pour elle.

Finit-il en regardant la louve. Ses trois compagnions aquiescèrent en silence. Il se dirigèrent ensuite vers la sortie. En passant la porte ensemble, les cinq compagnons commencèrent une nouvelle aire de paix entre les peuples et e races.

C'est également en passant cette porte que Théo questionna ses amis:

-Au fait, qui est-ce qui a ma bourse?

Bob répondit d'un air assuré:

-C'est Shin!

Shin le contredit:

-Je pensait que c'était Grunlek!

Grunlek appuya:

-J'était sur que c'était toi, Bob.

Le mage se tappa la main sur le front et dit:

-Je l'ai oubliée dans la forêt!

Le paladin s'enerva après lui, il fut calmé par le nain et le semie élémentair tandis que le demie diable prenait sa propre bourse pour tenter de rembourser le paladin.

C'est ainsi que se termine notre route. Les cinq aventuriers seront de retour... plus vite que vous ne le pensez! 

31 octobre 2015

100 VISITEURS!!!!!

Yeah!!!!!

On l'a fait les amis, 100 visites! Merci à tous! Pour l'occasion, je vous publie le prologue d'une de mes histoire originale! 

Plein de bisous et un merci immense! Passez une bonne fin de journée! 

     

-Une ancienne légende raconte que, il y a longtemps de cela, de majestueux dragons peuplaient les terres de notre contrée. C'est pour cela que notre village s'appelle Dracoseymin. Qui, comme vous le savez déjà, signifie la colline au dragons.

-Mais maman, pourquoi il n'y a plus de dragons chez nous ?

Coupa la petite fille. Idiel la regarda d'un air doux et dit :

-Il est tard maintenant, il faut vous coucher.

Les deux enfants protestèrent, leurs mère rit en leur disant :

-Allons, allons, je vous raconterai la suite demain seulement si vous êtes sages.

Ils se turent, embrassèrent leur mère et s'allongèrent calmement dans leur lit respectif. Elle souffla la bougie et sorti de la pièce. Son mari l'attendait, un air sévère pouvais se lire sur son visage. Elle se planta devant lui et demanda :

-Pourquoi me regarde tu comme ça ?

Il lui expliqua :

-Je pensais que tu en avait mare de toutes ces sottises et ces légendes idiotes.

Elle baissa les yeux et répondit :

-Tu sais très bien qu'elle sont bien réelles.

Il murmura s'un air autoritaire tout en lui prenant le bras :

-Je le sais très bien ! Mais rappel toi ce qu'il est advenu de ton ancien mari, Ikael, pour avoir divulgué ce secret !

Elle se dégagea de la main de son mari et chuchota, en colère :

-Ne parle pas de lui comme ça, Nadel ! Tu le considérais comme ton frère !

Il l'attira dans leur chambre avant de dire :

-Justement, c'est parcequ'il était comme mon frère que je me doit de protéger sa famille, ce qui t'inclu toi aussi !

Elle planta ses yeux mauves des ceux bruns du cavalier. Elle lui demanda :

-C'est pour cela que tu n'es jamais à la maison ? Que tu part toujours en patrouille, même les jours où tu es de réserve ?

Ils discutèrent jusqu'à une heure tardive. Le lendemain, de bonne heure, ils se réveillèrent. Il prépara sa monture, tandis qu'elle le regardait. Avant de partir, il se tourna vers elle et lui dit :

-Prend soins des enfants.

Elle sourit d'un air triste et lui répondit :

-Revient nous sauf.

Il se retourna, enfourcha sa monture et partit. Même s'il n'était qu'amis, et qu'elle avait accepté de se marier avec lui uniquement pour que ses enfants ne fassent pas partit du régiment local, elle avait tout de même un pincement au cœur alors qu'elle le voyait s'éloigner. Il ne lui avait pas dit combien de temps il serait absent. Il s'éloignait de plus en plus, craignant de ne jamais revenir. Elle sanglotât quelques instants. Elle entendit ensuite une petite voix qui disait derrière elle :

-Maman ? Nadel est déjà partit ?

Idiel sécha ses larmes avant de se retourner pour prendre son fils dans ses bras. Elle lui répondit :

-Oui, mais il ne part pas longtemps.

Les oreilles pointues du jeune garçon se baissèrent. Il commença à pleurer et dit entre deux sanglot:

-J'ai pas eu le temps de dire au revoir au cheval !

Elle le serra plus fort encore et lui murmura :

-Il va revenir vite, je te le promet !

Les semaines passèrent, l'elf ne parla plus des dragons à ses enfants. Elle était inquiète et souvent, on pouvais la voir déambuler dans le petit village militaire. Elle aussi, avant, avait été un membre très actif de la garnison. Mais depuis qu'elle avait découvert les œufs de dragons avec son mari, elle s'était faite exclure de la troupe des épéistes et vivait en périphérie du petit village. Alors que ses enfants était chez leur amie, Altis, Idiel vit un attroupement à l'entrée du village. Elle entra dans la foule et ne parvint qu'à voir des morceau d'armure, des bouts de crinière et des capes qui flottaient. La foule, contrairement à l'accoutumée, était calme et Idiel ne pouvait entendre que des des chuchotements, des rumeurs, des susurrement. Elle sentit son cœur battre et elle commença à imaginer le pire. Puis soudain, elle vit le pelage dorée du cheval de son mari, Farïnirr. Elle joua des coudes pour passer à travers la foule, elle cria :

-Nadel !

Personne ne lui répondit. Quand elle arriva enfin au milieu de la ruelle, elle vit la face fatiguée des soldats, elle chercha parmi les visages celui de son mari, mais elle ne le vit pas, elle écarquilla les yeux qui commençaient à s'emplire de larmes. Elle appela avec une voix cassée :

-Nadel !

Le Capitaine du régiment s'avença vers elle, la longe du cheval doré dans la main. Il baissa les yeux et expliqua à voit basse :

-Des... des démons nous ont pris par surprise, je suis désolé.

Elle accepta la bride du cheval de guerre, sans dire un mot. Le bataillon continua sa route, la contournant. Une fois qu'ils furent partis, ainsi que la foule, elle s'agenouilla, n'ayant plus la force de rester debout. Le cheval attendit docilement qu'elle retrouve ses esprits. Elle se releva et marcha, tel une moribonde, vers sa maison. Elle attacha vaguement le cheval à son emplacement habituel. Alla ensuite s'assoire dans la cuisine. Quelques temps plus tard, elle entendit des rires. Un petit garçon riait dans sa maison, voyant le cheval qu'il n'avait pas vu depuis plus d'un ans. Il rentra ensuite dans la cuisine en criant :

-Bonjour Nadel !

Il vit que le guerrier n'était pas rentré, alors il demanda :

-Bah alors ! Il est pas là Nadel ?

La mère de la jeune Altis, voyant les joues creusées, les traits tirés et les larmes d'Idiel compris tout de suite. Elle murmura aux enfant :

-Pourquoi est-ce que vous n'iriez pas dans votre chambre ?

Les enfants, avec joie, se retrouvèrent dans la chambre d'Othiel et de Sillië. Idyvie pris Idiel dans ses bras et lui murmura :

-Tout va bien, ne t'inquite pas je vais...

Elle la coupa :

-Je me suis mariée avec lui seulement pour éviter à mes enfants... de connaître l'horreur de la... de la guerre avec les démons et voilà que j'en paye le prix... Je crois que... je vais y aller... je dois y retourner... il n'est peut être pas mort... ils ont sûrement cru qu'il l'était mais... il n'est pas mort, j'en suis sûre !

Idyvie la secoua :

-Je suis désolée de te le présenter comme ça mais, si ils disent qu'il est partit, il est partit. Tu sait très bien comment il fonctionnent ! Tu sais très bien que si il y avait eu un moyen de le sauver, il serait de retour aujourd'hui !

L'elf planta ses yeux plein de larmes dans ceux de son amie. Elle murmura ensuite :

-Je ne veux pas les laisser... Idyvie, je ne veux pas qu'ils combattent. Je ne peux pas...

Elle lui répondit :

-Tu pensait que tu pouvais les garder avec toi jusqu'à la fin de tes jours ? Tu pensais qu'ils pouvaient éviter de faire partie de l'armée ? tu sais très bien que dans notre village il n'y a pas d'autre altérnative, tu sais bien que la terre n'est pas asser bonne pour être cultivée et que le bétail ne survit pas longtemps à cause des violents changements de températur. Fait toi une raison, quoique tu fasses, ils seront obligés d'y passé, comme nous, et pourtant nous sommes toujours là.

Idiel baissa les yeux qui ne laissaient plus une larme passer. Lle soupira :

-Mais pas Nadel, ni Ikael.

Son amie lui donna raison, elle discutèrent ensuite une vingtaine de minute. Ensuite elles entendirent des petits bruits de pas venir en leur direction. Sillië demanda :

-Maman... est-ce que... est-ce que Nadel a rejoint papa ?

Idiel se retourna vers sa fille. Malgré son très jeune âge, elle avait toujours été très sensible au sujet concernant la mort. Elle se tenait devant les deux adultes, elle n'eu pas besoin de réponse pour comprendre. Elle pris sa mère dans ses bras et chuchota :

-Je te le promet maman, je vais empêcher tout le monde de te faire pleurer, pour toujours !

Idiel fondit de nouveau en larme alors que ses bras enserrait sa fille. 

Posté par fiction marvel à 10:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,